Journal d’une Camgirl #6 – Retour sans fanfare

L’euphorie du début s’est un peu calmée. Tout d’abord parce qu’on m’a reconnue, et que ça a remis pas mal de choses en perspective. Et puis un peu parce que les tokens, qui arrivaient si facilement au départ, sont devenus plus rares après les 4 ou 5 premiers shows. Mais l’un dans l’autre, je suis un peu plus détendue. Enfin, il y a encore du travail.

Je me suis remise devant la cam le lendemain de ma conversation avec Charles. Je venais de sortir de la douche, alors j’ai décidé de rester telle quelle. Pas de maquillage, pas de bijoux, pas de vêtements. Juste moi. Je n’ai plus cherché à cacher absolument mon visage.

smileLe show se passe comme d’habitude, je me montre, je fais un peu languir les gens, je montre mes seins, je les caresse. Mes fesses aussi. J’ai trouvé une position qui donne un rendu assez sympathique : je me mets à genoux sur ma chaise de bureau, et ça donne une vue de mon cul en levrette qui me plaît assez. Je me suis montrée debout, de dos, de face. J’ai fait la promo pour mon compte Twitter dédié à la cam. Mais comme je n’ose toujours pas parler, je l’ai écrit sur une feuille en papier et j’ai dessiné une grosse Hello Kitty à côté. Je ris de bon cœur aux blagues du tchat, je m’amuse vraiment. J’essaie de ne pas écrire qu’en français, et je réponds aussi aux personnes qui me parlent en anglais, en espagnol et en allemand. J’en étonne plus d’un. J’en suis fière. Oui, j’ai plus d’un tour dans mon sac, vous verrez.

kittyAu bout d’une heure, j’ai fini par sortir quelques uns de mes godes. J’en ai une dizaine, que j’ai accumulés depuis 7 ou 8 ans. Je n’ai pas voulu sortir le « gros matos », peut-être par pudeur ou à cause d’une gêne encore présente. J’ai choisi les deux plus mignons et plus petits. Je les ai léchés, sucés, passés entre mes seins… Je ne sais pas si ça fait de l’effet aux personnes qui regardent, mais à moi oui. Je suis presque assez excitée pour oublier que je suis devant la webcam. Presque.

godebleuJe termine au bout d’une heure et demie avec « seulement » une centaine de tokens. J’ai pas tellement cherché à en réclamer cela dit.
Attention, par « terminer » comprenez « arrêter ». Je ne fais que faire monter la tension, chez moi et peut-être chez eux, mais sans jamais me laisser aller au plaisir, à l’orgasme. J’ai certes un peu dévoilé mon visage, mais j’ai toujours cette hantise qu’on voit mon ventre à la webcam, et  montrer son sexe c’est quasiment impossible sans qu’on voit les rondeurs du ventre, des cuisses. Pourtant, le tchat n’est que gentillesse. Je lis toujours des compliments par dizaines. On me dit que je suis naturelle et que j’ai l’air sympa… ça fait vraiment plaisir. On dit aussi que je suis « bonne », et « bandante ». J’ai toujours du mal à le croire.

3 réflexions sur “Journal d’une Camgirl #6 – Retour sans fanfare

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s