Journal d’une Camgirl #7 – Dans mes draps Hello Kitty

Je connais le phénomène des cams depuis assez longtemps. Mes potes connaissant mes affinités avec le porno me faisaient toujours tourner les bons plans. C’est comme ça que j’ai découvert Cam4 notamment ; un ami m’en a parlé pendant l’apéritif me présentant le site de cams comme étant « innovant » et « un bon moyen de faire du business, pour eux et pour les filles ». J’avoue ne pas avoir été impressionnée plus que ça et je n’y avais été qu’une fois ou deux par pure curiosité. Comme je l’ai déjà dit, je ne suis pas fan de porno amateur, et pour moi les cams c’est justement l’amateur dans sa plus pure expression. Il a donc fallu que je me force un peu pour aller mener une enquête logistique. Je m’explique : je ne sais pas trop comment faire pour être à la fois à l’aise devant la cam, proche du clavier pour répondre aux gens (car je suis toujours muette, rappelons-le), et sous des angles qui me mettent en valeur. Je suis donc allée regarder des cams pour m’inspirer.

Il y a vraiment de tout c’est impressionnant. Des filles dans leur lit, dans leur salon, dans la cuisine. Des hommes debout, assis, allongés par terre, sur des canapés, sur des lits. J’ai même vu un couple dehors dans un jardin, et une partouze. En fait… il n’y a pas de règle : chacun fait ce qu’il veut, comme il veut. Et ça me va bien. Alors j’ai branché la cam hors ligne et fait des tests. Si je tourne mon écran d’ordinateur vers mon lit, que je branche mon deuxième clavier en façade, que je tire le fil de la souris et que je coince le câble de la webcam sous un gros livre, ça fonctionne. Je peux m’asseoir sur le bord du lit, et même m’y allonger. On voit moins la chambre, c’est un point positif étant donné que je n’ai pas trop rangé, mais on ne voit plus le miroir et ça c’est dommage. Le pompon : il y a une énorme tête de chat sur mes draps Hello Kitty. Bon après tout, c’est ma marque de fabrique. A prendre ou à zapper.

Je prépare le terrain et passe en mode connecté, en position classique au départ, car décidément ce miroir, je m’y suis habituée, et j’aime beaucoup jouer avec. Je peux vraiment tout contrôler, et ça me permet de me lâcher plus par la suite. Pas de chichis, j’ai gardé mes lunettes de vue et ma culotte en coton, et je termine de boire ma tisane Nuit tranquille (ouais, je sais #thuglife) pendant que les internautes arrivent et se connectent. Grâce à mon compte Twitter, c’est plus simple de les prévenir, et ils arrivent souvent juste après que l’annonce de mon show soit passée. À chaque fois, cela me surprend et je dirais même : ça me touche. Je revois encore les mêmes pseudos, on plaisante, on rit. Je me moque doucement, et essaie d’ignorer les commentaires désobligeants, et dans le même temps, je me mets à poil.MiroirCulotte Hello KittyTout se passe bien, et ce soir enfin, j’ai envie d’aller plus loin. Tout ça à cause du nouveau jouet que j’ai eu il y a quelques jours. Il est vraiment HYPER efficace. Du coup, je suis à peu près sure que je pourrai me faire plaisir en l’utilisant. Je le sors au bout d’une demi-heure, même si les tokens sont encore assez peu nombreux. Il est fluo, et je vois à l’écran que ça ressort bien sur ma peau; l’effet visuel est chouette.

Jouet Fun Factory

Je fais mon habituel rituel de teasing avec le jouet, mais après quelque minutes à lécher et sucer le sextoy, j’ai envie de la suite. Je passe en configuration lit, et je sors mon deuxième clavier. Mouvement de foule dans le tchat, le clavier que je sors est un G15. Les réactions sont nombreuses et immédiates : « Mais tu joues, tu es une gameuse ? Quels jeux ? T’es sur quel serveur ? On s’ajoute ? »

clavier G15 flou

Je réalise ce qui se passe en riant. En une seconde, on est partis à des kilomètres du sexe et des cams pour discuter jeux vidéos. Je fais la maligne en parlant de mon ancienne guilde sur WOW et je montre la boîte de Diablo 3 qui trône sur mon bureau (tout en priant pour que mon ami et ex-Chef de Guilde ne vienne pas leur expliquer que je n’étais pas une si bonne joueuse que ça, car croyez-moi il en serait capable). On dirait que j’ai de nouveaux fans à partir de cet instant. Ils sont étonnés de voir que j’ai des centres d’intérêt divers et variés, proche des leurs qui plus est.
BON, MAIS HÉ HO ? J’avais pas dit que j’allais me mettre un truc dans la chatte au fait ?

Moi sur le lit

Oui quand même, ne perdons pas le fil. Je suis repartie sur mon histoire de sextoy. Ils n’ont pas mis longtemps à me suivre, sur le tchat. Je l’ai juste brandi devant en prenant l’air faussement blasé. « Bon et ça sinon, je le range ? » J’ai rapidement récupéré leur attention. J’ai commencé par refaire monter la température, en me caressant avec le jouet. Je suis les commentaires d’un œil, ça a l’air de plaire. Je me rends compte que personne ne pense à mes défauts et à mes bourrelets… à part moi. Je me suis retournée au bout de quelques minutes, de façon à pouvoir exposer mon sexe face à la caméra. Tout le monde réclame le « pussy ». J’ai respiré un grand coup, et j’ai fini par écarter les jambes.

Je me suis concentrée sur moi, en faisant abstraction de ce qui me gêne. Je pense d’abord à mon plaisir et pas à montrer la meilleure image de moi. C’est vraiment agréable. J’apprécie le moment. Je me suis même mise en levrette après quelques minutes, pour bien leur montrer tout ce qu’ils veulent voir, tout ce que je n’ai pas osé montrer jusqu’à présent. Je réalise que je ne ressens aucune gêne. Les spectateurs se répandent en compliments, et moi je suis là à quatre pattes sur mon lit, complètement nue, excitée, contente. Libérée.

Je n’ai pas joui. Je ne sais pas trop pourquoi. Surtout avec ce jouet, ça aurait dû mettre 30 secondes. Mais je n’ai pas simulé, je ne me voyais pas faire semblant, leur montrer un truc faux, alors que pour une fois, j’ai eu envie de donner tout ce que j’ai de « vrai ». Je dis au revoir à tout le monde, et comme à mon habitude, je prends le temps de discuter avec qui le souhaite, de répondre aux messages privés, d’avoir un petit mot gentil pour les habitués. Puis j’ai dit bonne nuit, et j’ai coupé la vidéo.

Une réflexion sur “Journal d’une Camgirl #7 – Dans mes draps Hello Kitty

  1. Alors je te suivais par curiosité, parce que le behind the scene j’ai toujours aimé, que le concept libre de C4 me plait… mais là je commence aussi à avoir envie de te retrouver sur Cam… je me suis surpris à me connecter à nouveau, au hasard, à la recherche de Hello Kitty ^^

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s