« 60 minutes avec » : un projet de sextape qui tourne mal

Bon, je vais vous raconter l’histoire de comment j’ai eu l’idée de faire cette série de films dont je viens de publier le premier épisode.

Le postulat de base était : « Il me faut du contenu facile et rapide à produire pour faire de l’argent pour avoir les moyens de faire des courts-métrages plus travaillés. Genre, comme une simple sextape, on baise, on filme et ciao. » Alors j’ai réfléchi au meilleur moyen de faire ça. Facile, il suffisait de 2 caméras au moins pour avoir tous les angles, et d’un ou plusieurs partenaires motivés, qui voulaient soit une petite paye ou un échange de services comme on fait souvent dans le milieu indé (car on n’a pas de budget).

Le truc qui me posait problème c’était surtout le montage : j’ai passé tellement de temps sur Haut-Médoc, et sur L’Annonce avec Dwam que je voulais vraiment alléger cette partie. Du coup, j’ai pensé que filmer sans rien couper ça pourrait marcher. Il me fallait au moins 30 minutes de vidéo, donc filmer environ une heure me paraissait idéal. Puis en y repensant, pourquoi ne pas faire réellement une heure ? Une heure, on garde tout, comme ça on voit le début, le sexe, la fin. Dans ma tête c’est devenu limpide, je pensais que ce serait easy3000 : on lance, on baise, au bout d’une heure on coupe et HOP je balance la vidéo ! (spoiler « HAHAHAHAH » – ça n’a PAS été aussi facile, du TOUT)

Carmina Berlin 2018

à Berlin en octobre 2018

J’ai eu de la chance, Dante m’a contacté pour faire un « trade » – un échange de services donc, puisqu’il voulait du contenu pour lancer une série de vidéos lui-même.  On a donc pris rendez-vous chez lui juste avant le PornFilmFestival 2018, pour tourner d’affilée ma vidéo puis la sienne. Je me suis inquiétée pour lui, je me disais que ce serait crevant de devoir faire les deux à la suite, et j’ai pensé que peut-être il ne tiendrait pas ! HA. HA. HA, laissez-moi vous dire (vulgairement) qu’après ce que j’ai pris dans la première heure, c’était moi qui étais lessivée de ouf à la fin et lui, juste au taquet (il m’a emmené manger une soupe vietnamienne après, heureusement :p).

Au restau après le tournage

À la fin de la semaine du festival, Fennel et moi on a décidé de retenter l’expérience, puisqu’on avait prévu de tourner un truc également. Tant qu’à faire, autant garder la même idée, et voir comment ça se déroule avec deux personnes différentes. J’ai été agréablement surprise : la deuxième vidéo n’avait RIEN à voir avec la première, les dynamiques entre Dante et moi et Fennel et moi étaient complètement différentes, et ça donne deux choses très cool, mais sans l’impression de se répéter.

En exclu un backstage du deuxième épisode !

Bon, bien entendu, le montage ne s’est pas fait tout seul, puisque j’avais donc 3 caméras à synchroniser, puis 3 plans entre lesquels choisir sur une durée d’une heure, puis enfin 60 minutes de vidéo à revérifier 10 fois (pour le montage, la couleur, la lumière, les sous-titres, le son…) BREF c’était pas du tout aussi facile que je pensais, mais par contre, je suis ravie car le concept tient la route, et j’ai déjà eu beaucoup de retours positifs. J’ai hâte de sortir le deuxième !

Vous l’aurez compris, finalement, ce n’était pas « juste des sextapes », et mon idée pour faire de l’argent rapidement n’a pas marché du tout (ouin), mais j’y gagne au change puisque j’ai un projet intéressant à faire et une expérience super chouette à venir pour moi. J’ai donc l’intention de continuer cette série, pour avoir au total une dizaine d’épisodes afin d’aller au bout de l’idée. J’aimerais le faire avec Dwam, Bishop avec qui j’ai jamais travaillé, ou pourquoi pas rebosser avec Parker ou Nyx… et des grosses stars aussi ?

Une réflexion sur “« 60 minutes avec » : un projet de sextape qui tourne mal

  1. La soupe vietnamienne est-elle revigorante ?
    Dis nous en plus sur ton expérience.
    Je pensais, sincèrement, que les Z’hommes dans ce genre de tournage,
    était moins « performant »
    et que la femme, même en prenant du plaisir (j’en suis sûr dans ton cas)
    pouvait, en cas de force majeure, …simuler.
    L’homme, une fois, « l’attirail  » retombé….
    Vraiment, très fort, Dante.
    Mais, apparemment, la condition est revenue très vite,
    puisque tu as fait un trio par la suite.
    (Avis personnel à prendre avec humour).
    J’adore tes explications de tournage.
    Comme les chansons, il y a toujours
    des anecdotes qui se trament autour.
    Merci jolie Carmina.

    Aimé par 1 personne

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.