J’ai fait un film porno

Enfin, il est terminé. Pour être tout à fait honnête, cela fait quelques semaines qu’il est terminé. Il ne me restait plus qu’à bidouiller quelques détails, mais je « n’avais pas le temps », je « n’y arrivais pas »,  « je débutais » ou j’étais « trop fatiguée ». Toutes ces excuses sont valables, oui, mais je me demande s’il n’y avait pas quelque chose de plus grave derrière. Je me sens comme on se sentirait au plongeoir de 10 mètres à la piscine, alors qu’on ne sait pas nager. Je vais sauter, c’est sûr, mais je ne sais pas ce qui m’attend en bas. Alors en attendant, j’essaie de faire le bilan.

haut médoc carmina porn

J’ai fait un film porno.

Je l’ai fait de A à Z. Je l’ai pensé, je l’ai écrit, je l’ai réalisé, j’ai joué dedans, je l’ai monté, je l’ai mis en vente. On m’a beaucoup répété que c’était une erreur de vouloir tout faire, qu’il valait mieux déléguer ou se faire aider. Mais je suis têtue. Je voulais tout faire moi même, pour voir ce que ça faisait, le travail que ça représentait, et pour comprendre comment on fait un film finalement… Il fallait que je maîtrise tout le processus moi-même pour être sûre de réussir à me lancer. Je me disais que si c’était mon film, que c’était moi qui le faisais, je pourrais plus facilement aller au delà de mes complexes d’une part, et montrer ce que je voulais vraiment montrer d’autre part.

J’ai fait un film porno.

Je ne suis pas certaine d’avoir encore bien réalisé ce que cette phrase signifie et ce qu’elle implique aujourd’hui et pour le futur. Aux yeux du monde, ça y est, je suis actrice porno, travailleuse du sexe. Bien que je sois déjà estampillée camgirl depuis quelques années, je pense que là je passe dans une catégorie différente. Celle qui va confirmer le stigma que je porterai à vie et potentiellement me créer des ennuis à l’avenir. C’est à ça que je pense là maintenant, alors que le film est terminé et prêt à sortir.

J’ai fait un film porno.

Je ne sais pas trop comment j’en suis arrivée là. J’ai suivi la route sans trop me poser de questions. Ce n’est pas non plus un hasard, non. J’ai pris les occasions qui se présentaient. J’ai fait des rencontres cruciales.  J’ai été aidée, épaulée, encouragée, félicitée. On m’a proposé des conseils, des coups de main, du matériel, des compétences. Au final, je n’ai jamais été complètement seule, à tout moment je pouvais avoir quelqu’un à portée de main, ou de téléphone / Skype / tweet.

J’ai fait un film porno.

Je ne sais pas où ça va me mener. Peut-être que c’est le début d’une longue série, d’une carrière, je ne sais pas. Peut-être que ce sera le seul ? Et si c’était un caprice ? Ou un pari fou ? Je ne savais même pas il y a un an que j’avais envie d’en faire un, que j’oserais. Je vous raconterai tout, j’espère, dans la saison 4 du Journal. Cela ne s’est pas fait sans mal, mais l’un dans l’autre c’était une incroyable aventure dans laquelle vous m’avez soutenue. Et pour ça, merci.

haut médoc carmina parker marx porn

Le film est disponible ici.

 

3 réflexions sur “J’ai fait un film porno

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s