Questions pour une pornographe #1

Voici les réponses à quelques questions que vous m’avez posées depuis la sortie de mon premier film. Le deuxième est enfin terminé et va pouvoir sortir. Merci à toutes et tous de votre soutien !

Salut, pourquoi dans ton film personne ne jouit ?
L’orgasme n’est pas systématique dans la vraie vie et il n’y a aucune raison pour que ce soit le cas dans le porno. Je n’ai pas joui sur le tournage et je n’avais pas envie de faire semblant, donc j’ai gardé ça comme ça. En vrai j’étais pas loin donc choqué et déçue, mais que voulez-vous, c’est compliqué de jouir pour moi et encore plus dans ces circonstances. Par contre, pour Parker j’ai bien filmé un orgasme, mais quand je l’ai ajouté au montage, en fait, ça rendait pas bien, ça faisait vraiment « en trop ». Et puis au final le film me plaît beaucoup plus comme ça. Jouir n’est pas une obligation, homme ou femme ou autre, et c’est pas grave si on n’a pas d’orgasme à chaque fois, ou jamais.

Dans ton film, tu n’as pas montré tes si jolis seins, je suppose que c’est fait exprès mais je me suis demandé pourquoi ? Alors que tu montres plein d’autres talents.
Je déteste être nue. Je suis très complexée depuis toujours et l’idée d’être à poil devant la caméra me stressait beaucoup, malgré des années de webcam et de photo de nu. Par ailleurs, je trouvais intéressant d’avoir une dynamique où la femme demande au mec de se déshabiller pour une fois, et j’en ai profité : comme c’était mon film je pouvais choisir de rester habillée.

Quelles sont les pratiques dans ton film ?
As tu réussi à te laisser aller ou étais tu au contraire hyper concentrée ?
On voit un cunni, des gifles, du dirty talk, des fessées, de la domination, une pipe et du sexe. J’étais très concentrée parce que je devais gérer la caméra, mais certains moment c’était vraiment vraiment dur de se dire, allez faut couper, on doit changer l’angle. Clairement quand ça se passe bien, on a pas envie que ça s’arrête, mais il le faut, c’est du travail.

As tu pris du plaisir en tant qu’actrice?
Oui plein. Mais c’est pas important, c’est juste un bonus. On bosse, parfois c’est chiant, parfois c’est super. Là, c’était super.

Envisages-tu d’être nue dans de futures scènes ?
Oui ! C’est le cas dans les deux autres films que j’ai tourné en mars et avril.  Ils sortiront d’ici septembre.

Est ce que tu as pu faire tout ce que tu voulais faire pour ce film ?
Je crois que oui. J’ai tout fait seule, avec ce que j’avais comme matériel et connaissances. Si c’était à refaire, il y a juste 1 plan que je ferais différemment mais dans l’ensemble, j’en suis contente.

Pourquoi cet acteur la ? Comment tu es arrivée à « je le veux dans mon film » ?
Comme je le raconte dans le blog, il s’agit d’un hasard, ou plutôt un coup du destin au bon moment. Quand j’ai rencontré Parker à la Fête du Slip 2017, on a tout de suite accroché… Je me suis rendue compte en discutant avec lui que j’avais envie de tourner. Il m’a écoutée et proposé de tenter quelque chose. Maintenant qu’on se connaît un peu, je peux dire que c’est quelqu’un que j’apprécie énormément et que je trouve très attirant. J’ai une entière confiance en lui et en son professionnalisme. Et avec ce bonus « accent anglais », clairement, il n’y avait pas à hésiter.

Entre le moment où tu as eu l’idée de faire le film et le moment où il a été diffusé, combien de temps s’est il passé ?
9 mois. C’est drôle.

Tu penses présenter ton films à des festivals ?
J’ai envoyé Haut Médoc au PornFilmFestival Berlin pour l’instant. Et je l’enverrai sans doute ailleurs.

Que pensez-vous du traitement du son dans ces films où l’image est très souvent prioritaire sur le reste ?
S’il y a de la musique, sera-t-elle ajoutée « en post-traitements » ou bien sera-t-elle une prise de son obtenue directement au moment du tournage ?
Et que pensez-vous des bruitages ajoutés eux aussi « en post » pour, selon certaines personnes, rendre le résultat final plus « proche des attentes de la personne qui regarde » ?
Je suis nulle en son (en image aussi hein, je débute) donc pour ce film j’ai gardé les prises de son de mon unique micro sur place. J’ai ajouté de la musique au début et à la fin car je trouvais que pendant la baise, c’était pas nécessaire. Il n’y aucun bruitage supplémentaire. Après cette première expérience, j’ai fait plus d’efforts pour les suivantes. Je pense que c’est nécessaire et que ça rend le résultat plus propre. Après, je reste très proche de la réalité, je ne rajoute pas de choses inutiles ou irréelles.

Pas trop dur de monter une société de production ? Financement, banques, taxes etc…
C’est clairement la merde oui.

Est-ce que l’égalité salariale existe dans le porno, entre hommes et femmes mais aussi les transgenres?
Pas encore, mais on va y arriver.

Quelle est la question que personne ne te pose mais à laquelle tu aimerais répondre ?
On me pose tout le temps plein de questions, surtout depuis que je fais ce travail. Mais on me demande assez rarement si « ça va ? ». Là, je dirais : ouais, mais putain, c’est dur ce métier.

Une réflexion sur “Questions pour une pornographe #1

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.